POLA 2.0  /// 2021
LA BELLE BALADE ///
Résidence SIMONE  /// Chateauvillain

« Un miroir est une surface polie, faite pour réfléchir, mais parfois bien impolie quand elle vous fait réfléchir »
Gérard de Rohan Chabot  

Depuis le sentier il observe les cimes des arbres, il écoute les oiseaux et essaye de les apercevoir. Il déambule. Tiens ? Quelque chose vient d’attirer son regard. Un petit éclair lumineux. Et puis un autre. Il décide de s’approcher. A mesure qu’il s’avance, il remarque le cadre de bois et perçoit les petits pavés qui le compose. Oh mais ce sont des miroirs ! Il comprend mieux ! Il observe encore un moment, joue avec son propre reflet décomposé. Il hésite et puis… il actionne un pavé, puis deux. Chacun de ses gestes modifie les précédentes images qui s’effacent petit à petit… La surface redevenue uniforme est une page blanche, une invitation… Il a une idée !  Il actionne à nouveau les pavés…  Dans les miroirs il aperçoit derrière lui d’autres promeneurs qui s’approchent. Ils découvrent amusées les mots qu’il a laissé. Ils échangent quelques mots. Lui doit continuer son chemin. Les suivants effacent les traces qu’il a laissé, le polaroid se décompose et se recompose pour suspendre le temps d’un instant, ce nouvel instantané.Depuis le sentier il observe les cimes des arbres, il écoute les oiseaux et essaye de les apercevoir. Il déambule. Tiens ? Quelque chose vient d’attirer son regard. Un petit éclair lumineux. Et puis un autre. Il décide de s’approcher. A mesure qu’il s’avance, il remarque le cadre de bois et perçoit les petits pavés qui le compose. Oh mais ce sont des miroirs ! Il comprend mieux ! Il observe encore un moment, joue avec son propre reflet décomposé. Il hésite et puis… il actionne un pavé, puis deux. Chacun de ses gestes modifie les précédentes images qui s’effacent petit à petit… La surface redevenue uniforme est une page blanche, une invitation… Il a une idée !  Il actionne à nouveau les pavés…  Dans les miroirs il aperçoit derrière lui d’autres promeneurs qui s’approchent. Ils découvrent amusées les mots qu’il a laissé. Ils échangent quelques mots. Lui doit continuer son chemin. Les suivants effacent les traces qu’il a laissé, le polaroid se décompose et se recompose pour suspendre le temps d’un instant, ce nouvel instantané.